Aller au contenu

Jeux de rôle

Le théâtre d’improvisation est présenté au public de divers manières, que l’on nomme souvent des concepts, le plus connu est surement le match d’improvisation, ou deux équipes s’affrontent encadrées par un arbitre qui se fait huer. Mais de nombreuses troupes d’impro proposent d’autres formats comme les formes longues (longform) qui se définissent par le développement d’une histoire qui dure au minimum 45 minutes. Bref, à partir de là, chaque troupe fait sont mic-mac … Développons plutôt les bases qui seront toujours utile en impro et même, plus largement, dans la vie de tout les jours.

Voici les thèmes principaux pour développer de bonnes improvisations :

  • La Confiance

    La confiance est la base de l’impro, mais il ne suffit pas de le répéter pour la donner ou la recevoir. Il ne s’agit pas d’être copain dans la vie avec son partenaire de jeu. Beaucoup confondent l’amicalité et la confiance : on peut jouer avec un parfait inconnu et avoir confiance pendant l’impro.
    Il sagit du sentiment de pouvoir tout faire et tout dire avec ses partenaires sur scène, car chacun respecte la même règle du jeu, c’est à dire l’ensemble des règles cidessous. Autrement dit, il s’agit d’une parenthèse dans le temps, pendant laquelle chacun suivra les mêmes principes, ce qui n’exclut pas la malice, le cabotinage, la plaisanterie…
    Voir les exercices sur la confiance ici.

  • Lâcher prise

    Le travail “intellectuel” de réflexion doit laisser la place à l’intuition et la spontanéité. Le travail a eu lieu avant lors des ateliers, des exercices de l’échauffement. Pendant l’impro, on ouvre les vannes de l’imaginaire sans pudeur, ni retenue. C’est pourquoi c’est un travail de longue haleine de laisser la part de soi qui ne s’exprime jamais se découvrir aux autres.
    L’intuition est une forme d’intelligence qui a intégré la logique, l’imagination, la créativité et qui prend des raccourcis pour s’exprimer  en impro, réfléchir c’est risquer de faire remonter aussi tous ses blocages.
    Voir les exercices le lâcher prise ici.

  • La réactivité

    Sur scène, il faut savoir réagir. L’improvisation se joue dans l’instant présent. On est réactif si on est à l’écoute.
    Voir les exercices sur la réactivité ici.

  • L’écoute

    Sur scène, il faut être à l’écoute des autres. Des mots, des gestes, de l’ambiance… C’est nécessaire pour pouvoir réagir, communiquer, et surtout comprendre l’enjeu de la scène.
    Voir les exercices sur l’écoute ici.

  • L’imagination

    Tout le monde a de l’imagination, il faut juste se faire confiance, parfois il suffit de proposer quelque chose de simple pour faire avancer une histoire. L’imagination est un muscle, plus il est stimulé, plus vous aurez de la créativité !
    Voir les exercices sur l’imagination ici.

 

Il y a aussi des mécanismes que l’on doit prendre en compte lors d’une improvisation. Ces règles aide à la compréhension (pour les autres joueurs et le public) et au déroulement de l’impro.

  • La prime action – Ou ? / Quand ? / Comment ?

    La scène est le monde, le temps de l’impro. Ce monde est rempli de bruits, de meubles, de nature, de gens. Le public doit savoir il est. Les acteurs doivent situer l’action le plus rapidement possible. C’est dans la prime action (première séquence de jeu) que l’on doit valider le contexte (Ou ? Quand ? Comment ?), même caricaturalement, en faisant attention aux autres comédiens, que cela soit voulu par les acteurs et non subi. Le public est intelligent, il comprend facilement la plus petite indication.

  • Ne jamais dire non

    Dès qu’un participant refuse la proposition d’un autre, l’histoire risque de se bloquer ou d’hésiter et le tempo de l’improvisation sera brisé. Dans le cas où un participant est vraiment gêné par une proposition, il doit néanmoins se respecter et peut tenter de la détourner ou de la remplacer par une contre-proposition immédiate. Il doit toutefois avoir conscience que, même dans ce cas, le participant qui avait émis la première proposition risque d’être désarçonné ou frustré.

  • Donner un sens

    La raison d’être de la scène. Ce pourquoi l’on regarde la scène. Ce que « font » les personnages sur scène. C’est le coaching qui donne les prémices, ensuite c’est le joueur qui construit. Dans une impro il y a forcément un “leader” celui qui impulse la scène et son dynamisme. Ce leader peut changer au cours de l’histoire. Trop de leaders en même temps et c’est le risque de cafouillage.

  • Prendre et donner : le leadership

    Il faut accepter de donner (la parole, l’attention, la vedette…) Il faut accepter de prendre, sinon on est inutile sur scène. Il ne faut pas avoir peur de prendre le leadership de l’impro, c’est à dire la diriger, la mener, à condition d’avoir des idées et d’écouter !

  •  Placer la voix et le geste

    Clarté, articulation, prononciation…et modulation au service du sens des paroles, à combiner avec…le silence.
    Inutile d’être sur scène si on ne vous entend pas !!

  • La construction narrative

    L’histoire est l’un des éléments les plus importants d’une improvisation réussie. Les joueurs d’impro ont parfois tendance à oublier de construire une histoire solide, ce qui débouche sur des scènes ennuyeuses. Depuis l’origine des contes, du théâtre et de toutes les formes de récits, on peut constater que le “squelette” d’une histoire captivante comprend trois éléments de base :

    – Le début (installation du lieu et du contexte)
    – Le conflit, (problème, dilemme ou toute autre situation amenant une tension)
    – La résolution de la tension (souvent appelée « catharsis » ou « dénouement »).

    Un évènement improbable et inattendu, voire même illogique (flash-back par exemple) peut parfois créer une surprise bienvenue dans un scénario trop linéaire. Mais les improvisateurs doivent garder à l’esprit que ce type de montage peut gêner la compréhension et amener les spectateurs à se désintéresser de l’histoire. La problématique originale de l’histoire ne doit pas être perdu. Le “tempo” est également très important. Le conflit ne doit pas être réglé trop tôt ni trop tard. La tension doit monter progressivement et le plus haut possible avant de trouver son issue. Remarque : le “début” d’une improvisation ne correspond pas nécessairement au début du spectacle ; l’impro peut facilement commencer au beau milieu d’un événement excitant, mis en place pour “chauffer” le public et les acteurs.

  • Le jeu d’acteur

    Il est plus facile pour l’improvisateur de construire ou de faire évoluer l’histoire, lorsqu’il est à l’aise avec son personnage. Il arrive d’ailleurs souvent que ce soit le personnage qui guide l’improvisation sans même que l’on s’en rende compte.

    On encourage aussi le joueur à se développer une banque de personnages :

    – Le physique (façon de se déplacer, la posture)
    – La voix (timbre de voix et façon de s’exprimer)
    – Les tics et manies (exemple : remonter les lunettes sur son nez)
    – Le passé (ce qu’a déjà vécu le personnage)
    – Le caractère et la personnalité

Aléa : Le jeu de rôle 0 (0)

Pour bien finir l’année, je vous propose la première version du jeu de rôle Aléa que j’ai développé en synthétisant divers jeux de rôle. Il se veut très simple de prise en main pour les nouveaux joueurs, orienté narration et improvisation (surtout pour le meneur). Si vous avez des retours à faire, n’hésitez pas : regles.du.jeu@gmail.com ou @recif.xyz sur instagram Téléchargez le PDF de la feuille de personnage Téléchargez le PDF de la feuille de MJ Téléchargez le PDF de la feuille de l’Abri